Pierre Heidet, bagnard à Cayenne

"Coupable d'avoir 1° le 8 août 1858 à Larivière soustrait frauduleusement du numéraire à l'aide d'effraction extérieure et intérieure et d'escalade, 2° le même jour à Larivière d'avoir commis une
PierreH2
tentative de vol à l'aide d'effraction intérieure, 3° le même jour soustrait frauduleusement divers objets mobiliers", Pierre Heidet, fils de Jean Pierre et de Jeanne Marie Mang de Romagny est condamné à vingt ans de travaux forcés ...
C'est ainsi que, grâce à l'aide très précieuse de mes amis de Lisanaute90, j'ai pu commencer à découvrir une partie de l'histoire d'un de mes proches parents ...

Quand il quitta les côtes européennes quelques mois plus tard, c'était pour ne plus y revenir. En effet en 1880, deux ans après sa libération, il subit deux ans de prison et dix ans de surveillance de la haute police pour "outrages envers des agents de la force publique dans l'exercice de leurs fonctions" ...

À peine sorti de prison, qu'il récidive et le 22 août 1882, il est condamné pour vol simple à "cinq ans de prison et cinq ans de surveillance de la haute police" ...

Deux ans après sa sortie de prison, il décède dans l'ancienne commune du Tour-de-l'Isle, le 1er décembre 1889.

Les divers documents retrouvés aux Archives Nationales d'Outre-Mer nous permettent de suivre son itinéraire judiciaire. Celle d'un récidiviste puisque déjà condamné par la Cour d'assise de Colmar à 1 an de prison pour vol en 1850 (il avait alors 16 ans ! ), le 19 janvier 1853 à 6 mois de prison pour vol et aussi le 30 mai 1853 à 5 ans de travaux forcés au bagne de Toulon (libéré le 5 juin 1858).
Petit, d'une taille de 1,60m, aux yeux noirs, il porte un tatouage sur le bras gauche. Lors de son incarcération, son signalement au greffe le mentionne d'un teint basané ... Lors de son arrivée au bagne, le garde chiourme sera plus direct et qualifiera son teint de "sale" ...
Né le 17 janvier 1834, Pierre Heidet était l'oncle de mon arrière grand-père, François Xavier Heidet.

Theobald Heidet

L'Obergefreiter Theobald Heidet est décédé le 10 juillet 1943 à Oritzle, lors des combats pour la prise de Leningrad. Lorsque je tapai à tout hasard mon nom sur la base de données sur le site du Volksbund, organisme qui s'efforce de recenser, recueillir et sauvegarder les tombes des soldats décédés sous l'uniforme allemand de la Guerre de 1870-71 jusqu'à la dernière Guerre Mondiale, je m'attendais à éventuellement découvrir le nom d'un de ses Alsaciens qui avait combattu sous l'uniforme allemand pendant la Première Guerre Mondiale, voire même un de ces nombreux Malgré-nous enrôlés de force dans la Wehrmacht.
Je ne m'attendais pas à découvrir une autre branche de la famille installée en ... Autriche.

Je découvrais alors que Theobald Heidet était né en 1908 à Vöklabruck, petite ville du Land de Basse-Autriche. À tout hasard j'adressai un courriel à la mairie de cette ville, sans grand espoir de réponse.

Quelle ne fut ma surprise de découvrir quelques semaines après, un courrier provenant du presbytère de cette ville qui m'apportait une grande partie de l'énigme. En 1856, Franz Theobald Heidet, natif de Thann et fils de Johann Peter et Magdalena Burselet épousait à Vöklabruck Karolina fille de Johann Staniek et de Karolina Eichsleben ...

Il n'a pas fallu longtemps pour que j'identifie cette famille de Thann sous les noms de Jean Pierre Heidet, huissier et de sa femme Marie Madeleine Boursellet et de leur fils aîné François Thiébaut né en 1816.
Pourquoi cette installation à Vöklabruck ? Pourquoi ce mariage si tardif (le marié avait alors 40 ans) ?
Et qui sont ces Heidet que je re-découvre également dans mes archives, notamment à travers les tables des livres fonciers établis en Alsace sous l'Empire Allemand (Grundbuch) et qui vivaient également en Autriche entre 1880 et 1900 ?

AD du Haut-Rhin

Comme un certain nombre de départements, le Haut-Rhin s’est doté depuis quelques semaines d’un site présentant l’état civil ancien en ligne. Bien que cela soit perfectible (l’accès en est pas très facilité et l’afflux de requêtes important cause de véritables lenteurs dans les recherches), il doit permettre enfin de combler certaines lacunes dans mes recherches, notamment m’aider à revisiter certaines communes mal traitées ou trop rapidement parcourues.
J’ai pu ainsi revoir certains actes concernant la commune d’Issenheim mais aussi les Heidet de Thann. J’ai pu ainsi corriger un décès injustement attribué à Jean Pierre Heidet, huissier de justice dans cette ville et né à Felon en 1782. Il n’est donc pas décédé le 22 août 1817, car en fait il s’agit de son fils Jean Pierre, âgé de 6 ans et né en 1811. Il y aura, je suppose, bien d’autres remises en question au cours des mois à venir.

Les Heidet de Lorraine ...

On ne saura probablement jamais les motifs qui poussèrent Jean Nicolas Heidet, fils d'Adam et de Marguerite Chrétien de Leval à quitter sa région natale. Est-ce pour des motifs familiaux, professionnels, à cause de son esprit aventurier, pour des raisons judiciaires ou pour les beaux yeux de Catherine Rose de Celles-sur-Plaine ?
Car ce sont 140 km qui séparent ces deux lieux et à cette époque, il était extrêmement rare de quitter (et pour si loin) son lieu de naissance pour s'établir en "terre étrangère". N'oublions pas non plus que les territoires concernés appartenaient à la Principauté de Salm, enclave située entre le Duché de Lorraine (indépendant) et l'Alsace, terre appartenant à la couronne de France.
Jean Nicolas Heidet de "Rougimont, diocèse de Basle" (cette confusion entre Rougimont, sommet vosgien et Rougemont, Territoire-de-Belfort a pu induire des généalogistes en erreur ...) épouse donc en 1730 à Celles-sur-Plaine la jeune veuve Catherine Rose. Ensemble ils auront 7 enfants qui leur survivront. Lorsque je fis cette découverte il y a bien des années, je trouvai étrange que malgré le nombre d'enfants, le nom de Heidet ait pu disparaître après deux à trois générations. De fait, le nom n'avait pas disparu mais s'était fortement transformé pour apparaître sous la forme de ... Heideck, puis Hedec et Hédeck ...
Comment cette transformation a pu se faire ? Cela est dû à mon avis à deux causes principales : un illettrisme total de la part des porteurs du nom et une confusion par les curés entre le "t" final du nom et la lettre "k" qui a entraîné d'abord une graphie sous la forme de Heidek, "germanisée" ultérieurement avec la finale -eck, graphie qui semble osciller entre "-ec" et "-eck" avant de probablement stabiliser le nom sous la forme Hédeck.

Cette branche familiale semble être éteinte (du moins pour les porteurs du nom) aujourd'hui. Cependant, cette famille a des ramifications dans de nombreux villages aux alentours de Celles-sur-Plaine entre les départements des Vosges et la Meurthe-et-Moselle tels que : Pierre-Percée, Luvigny, Moussey, Allarmont, Bionville, Le Tholy, ...
D'ici quelques semaines la généalogie complète de cette famille sera portée sur le site en accès libre.

Des Heidet à Chaux en 1604 ?

C'est dans une série de document intitulé "Montre d'armes de Belfort" et daté de 1604 que j'ai découvert ces singulières informations. De quoi s'agit-il ? Il est question de recensement des hommes en état de prendre les armes pour défendre la ville de Belfort. Selon leur équipement, la mairie dont ils dépendent, ils sont enregistrés dans un registre. En l'occurrence, celui de Belfort est écrit en allemand et nous mentionnent deux personnages inconnus dont le nom pourrait être lu Heidet.
Il s'agit d'un homme jeune, Clauderey Heidet, 28 ans, paysan, originaire de la mairie de Chaux, Lachapelle et Sermamagny. Il est recensé parmi les mousquetaires (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Nous avons noté également la mention d'un Hanß Heidet 81 ans, paysan, originaire de la même mairie. Ce dernier est mentionné, malgré son grand âge, parmi les "Double-solde avec cuirasses et longues piques" (Doppelsöldner mit Rüsstung und langen Spießen).
Alors doit-on bien lire Heidet ou Hindet, comme on peut aussi le penser à la lecture de ce document ? Je tâcherai de répondre à cette question.