Thibaut Haid

Paysans révoltés brandissant l'étendard frappé du "Bundschuh" en train d'encercler un seigneur
(in Trostspiegel - Francfort 1596)

Nous sommes en 1525 dans la tourmente de la Guerre des Paysans, le comte Rodolphe de Sulz est seigneur de Rougemont. Il désigne, peut-être pour remettre de l'ordre dans la seigneurie, Thibaut Haid ou Heyden comme bailli ; celui-ci s'investit énormément dans cette tâche tout en ayant une grande ambition. Quelques années après, il devient seigneur admodiateur de Rougemont, "louant" en quelque sorte le rôle, les charges et les bénéfices de la seigneurie auprès de Rodolphe de Sulz.
Son ambition ne s'arrête pas là puisque François baron de Morimont lui vendit la seigneurie de Fontaine (date inconnue) lorsqu'il était receveur de la seigneurie de Rougemont ; de même la seigneurie de Ronchamp lui fut affermée par le baron Jean de Morimont.

Mais qui est ce fameux Thibaut Haid ? Et d'où vient-il ?
Je pense que les comtes de Sulz ne sont pas aller chercher très loin leur bailli : ils avaient sur place, à Rougemont, bien implantée dans les lieux une famille qu'ils avaient installé et qui leur était acquise, celle des Haid/Haidet. Celle-ci, bien intégrée dans lieux, probablement bilingue avait une bonne pratique de l'administration locale. Pourquoi ne pas envisager tout simplement alors que Thibaut Haid soit justement le trait d'union entre Bastian Haydet, maire de Rougemont, et les Heidet futurs ?
A priori cette hypothèse peut paraître présomptueuse mais elle est cohérente par rapport à ce qui a été écrit précédemment : des fonctions exercées par les uns et par les autres (tous les deux sont des officiers seigneuriaux, ou du moins des personnages représentant sur place l'autorité des comtes de Sulz, seigneurs de Rougemont) et vivent dans les mêmes lieux.
Pourquoi alors changer de nom et passer de Haidet à Haid ? Je prendrai l'exemple d'Adam Camy de Cœurmont devenu Hertzberg (un autre futur bailli de Rougemont vers 1580) en nous resituant à une époque où l'autorité et le prestige sont détenus par la noblesse (petite ou grande), par ces administratifs germanophones (les autorités habsbourgeoises de la Régence d'Ensisheim et les seigneurs engagistes - dont les comtes de Sulz). Dans un tel contexte, avec l'ambition affichée de Thibaut, il parait logique que ce dernier mette en avant sa "germanité" et donc apparaisse sous le nom de Haid et plutôt que Haidet ...
J'ai longtemps évité soigneusement cette filiation, car trop simpliste et trop ... présomptueuse mais il me semble, après ces réflexions, qu'elle est somme toute logique et peut expliquer un certain nombre de choses, comme nous allons le voir encore par la suite ...

Mais concluons maintenant la brève histoire de Thibaut Haid. Son ambition s'est heurtée à un gros problème, celui de l'argent. Il envisageait probablement devenir le Seigneur de Rougemont, voire même d'y adjoindre les terres de la seigneurie de Fontaine ou d'autres ... mais, lorsqu'il meurt vers 1552, il laissera ses descendants débiteurs de fortes sommes.