La seigneurie de Rougemont
Des origines au traité de Westphalie

Pendant la majeure partie de son histoire, la région de Rougemont-le-Château fit partie intégrante de l'Alsace, et à ce titre, suivit les heurs et malheurs de cette province. Il est admis que la seigneurie de Rougemont passa en 829 du landgraviat de Haute-Alsace au comté du Sundgau, et au début du XIIème siècle appartint aux comtes de Ferrette. Les Habsbourg leur succéderont vers 1360, fondant ainsi une de leur plus ancienne possession alsacienne. Cette famille en restera maître jusqu'au Traité de Westphalie. Toujours endettée, elle engagera souvent ses terres d'Autriche Antérieure, et notamment ses terres rougemontoises, à différentes familles nobles. Celles-ci n'auront souvent qu'un objectif : tirer le maximum de profit de leurs gages sans s'investir véritablement dans leurs fiefs ... Les changements de main étant souvent si fréquents qu'il est bien souvent difficile de tracer une histoire précise des seigneurs engagistes qui se sont succédé à Rougemont, mais retenons simplement quelques noms : les Roppach (de Roppe), les Thierstein mais surtout à partir de 1408 la famille des comtes de Sulz (ou Soultz), originaire des bords du Rhin entre Bâle et Schaffhouse (Klettgau et Argovie) et apparentée aux Habsbourg. Ils seront les maîtres de la seigneurie jusqu'au début du XVIIème, malgré quelques interruptions pendant lesquelles figureront les Morimont.
En 1469, les comtes de Sulz, une fois de plus, entraient en possession de la seigneurie de Rougemont et cela pour la somme de 17500 florins d'or. Cette famille avait à cette époque une certaine envergure puisqu'en 1512 Rodolphe, outre son titre de sire de Rougemont, était Landgrave de Klettgau, juge à la cour impériale de Rotweil, gouverneur des pays de Haute-Autriche et bailli d'Altkirch.
Ceci n'empêcha pas cette famille de pratiquer la même chose que les Habsbourg : en 1525, à la veille de la Guerre des Paysans qui ravagea le Sud de l'Alsace et donc aussi cette région, la seigneurie de Rougemont fut amodiée au bailli de Rougemont Thibaut Haid pour la somme de 400 florins par an ...
Peu après 1572, les héritiers du comte Allwig de Sulz échangeront le domaine de Rougemont contre celui de Jestetten en pays de Bade. Les Habsbourg, ne reconnaissant pas cet échange, affirmeront, à cette occasion, leur titre de seigneur de ce fief et les Jestetten ne gardèrent ces terres que peu de temps. La seigneurie fut, par la suite, engagée à plusieurs occasions et en 1629, elle le fut pour la dernière fois à la famille de Stadion.


 
Les informations citées sont tirées, pour l'essentiel, d'une série d'articles rédigés par M. Pierre Haas et publiés par la Société Belfortaine d'Émulation.
 

(à suivre)